A Free Template From Joomlashack

A Free Template From Joomlashack

nonmegadecharge.jpg

Dates à retenir :

There are no events at this time
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -

Menu

Joomla Slide Menu by DART Creations

Les nouveautés

Compte rendu du rendez-vous avec le Préfet le 5 octobre 2012 Imprimer Envoyer

 

 

 CR synthétique de notre RDV en préfecture de vendredi 5 octobre 2012 au matin

Réunion de1h 30 environ avec

M Le préfet T LATASTE

M BOURSIN : SGAR

M KRUGER : Directeur DREAL

En présence de MM les députés ROIG et ASSAF

M Martinier Maire de Fabrègues,

M Veaute Maire de Gigean

Mme Tondon maire de Montbazin

M Vidal Alain, 1er adjoint Loupian

Excusé M Adgé de Poussan, les présidents d’Agglo

Réunion qui s’est déroulée dans un climat de confiance, de dialogue avec beaucoup d’attention de la part de tous.

Les Gardiens de la Gardiole transmettent un dossier à M Le Préfet

M le préfet rappelle les calendriers à savoir qu’à ce stade du dossier, on en n’est pas encore à l’insertion du tracé mais à décider de la mixité et gares.

Renvoie pour les problèmes spécifiques et individuels des séquences à la compétence territoriale de chaque préfet de départements mais est attentif à ce que l’on va dire car lui même préfet de Région (et Co prédise le Copil).

Nous reçoit aussi au titre de Préfet de l’Hérault donc attentif aux spécificités locales

Messieurs les députés remercient monsieur le préfet de nous recevoir, reprennent le contexte du dossier.

Chaque Elu présent prend ensuite la parole pour poser le problème spécifique sur chaque commune, en particulier

-        Impact humains (projet de tracé très proches des habitations)

-        Impact économique : suppression d’entreprises, d’exploitation, impossibilité de développement sur la seule zone possible (gigean)

-        Précision est faite de l’impact négatif de la remise en question d’un tracé qui avait fait consensus et était intégré dans les documents de PLU…, les derniers projets de RFF sont en contradiction, notamment des SCOT

Mm le maire de Montbazin ajoute que sa présence est aussi au titre de la solidarité entre élus, Montbazin étant très proches de communes concernées. Elle rappelle également la nécessité  d’agir et alerter avant que des décisions ne soient prises, sinon ensuite c’est trop tard.

M le Député Roig précise qu’il y a des impacts également sur des espaces naturels sensibles (zone natura 2000…) qui ne l’étaient pas pour certaines zones, dans le tracé historique.

Les Gardiens de la Gardiole ajoutent que ces éléments sont listés dans les documents remis.

Les Gardiens de la Gardiole en prenant la parole

-        renforcent les propos déjà tenus (plus de 3000 personnes touchées sur la seule zone par exemple de Fabrègues à Gigean, plus d’1/3 des terres agricoles et viticoles perdues sur cette plaine !)

-        Attirent l’attention de Monsieur le Préfet sur des éléments techniques qui prouvent la faiblesse des arguments de RFF, notamment sur cette section :

  1. oAltimétrie quasi similaire, zone inondable, ouvrages d’art supplémentaires nécessairement coûteux…
  2. oAbsence d’études comparatives réelles et précises, notre estimation des couts sensiblement identiques ou un delta à la marge vu les impacts négatif des tracés éloignés du projet historique.

Les Gardiens en arrivent à la notion de vitesse, en particulier sur nos séquences, et rappellent les demandes de la CRI :

-        Etre reçus par les membres du COPIL, modification de la décision du 14/11/2012

-        D’une manière générale sur les séquences Gardiole Mosson, Bassin de Thau en raison des vitesses de décélération (approche des agglomérations etc) la vitesse ne sera jamais à 350 donc pas de raison de « s’accrocher » à cela.

-        Argument superposables sur d’autres séquences

-        Les aspects d’insertion paysagère facilité, la réduction des couts, meilleur rayon de courbures etc. ont été évoqués.

Monsieur le préfet demande des précisions sur les dogmes que nous souhaitons remettre en question,

Nous lui répondons qu’en plus du problème de la vitesse la décision du 14/11/2011 interdit l’étude de scénarii différents notamment sur les séquence 1, 2 et 3   ce qui explique qu’il est très important que le Copil entende la coordination sur tous les enjeux.

M Kruger affirme que la DREAL n’est attachée à aucun tracé en particulier, il convient que « jouer » sur la vitesse est intéressant et « fiable » (c’est mon mot j’ai oublié exactement). Il souligne qu’il est impressionné de notre maîtrise du dossier et des éléments techniques.

M Le préfet ajoute que selon lui, RFF n’est pas « accrochée » à la vitesse de 350km/h.

A l’issue du COPIL LNMP, une concertation élargie sera faite auprès des Elus et des citoyens, et les associations (il s’est tourné vers le directeur et le SGAR pour bien marquer cette volonté). Ensuite seulement il fera son rapport de synthèse au ministère.

Jacques Boutonnet, en tant que vice président et viticulteur exprime le problème d’emplois posés, notamment, pour l’illustrer, sur son domaine qui serait à nouveau menacé malgré tous leurs efforts toutes ces années (plus de la moitié des emploi seraient supprimés) .

Pour conclure, M le Préfet réaffirme la volonté d’écoute, de recherche du plus large consensus. Et qu’avant de remettre en question un tracé qui faisait compromis, il fallait vraiment y réfléchir.

La Présidente,

Katia Baumgartner

 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack