A Free Template From Joomlashack

A Free Template From Joomlashack

nonmegadecharge.jpg

Dates à retenir :

There are no events at this time
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -

Menu

Joomla Slide Menu by DART Creations

Les nouveautés

A Mr Cyrille Schott Préfet de Région (7 octobre 2008) Imprimer Envoyer

 Association « LES GARDIENS DE LA GARDIOLE »

Pour la Valorisation et la Protection de notre Environnement.

19 rue Jean-Philippe Rameau, 34690 Fabrègues

www.lesgardiensdelagardiole.com 

                                                                                                       Fabrègues, le 7 octobre 2008. 

A Monsieur Cyrille SCHOTT,

Préfet de Région

PREFECTURE DE L’HERAULT

34 place des Martyrs de la Résistance

34062 MONTPELLIER CEDEX

 

 

Objet : Projet d’implantation d’un CSDU à Fabrègues (34) au pied du massif de la Gardiole. 

            Solution alternative d’une unité de gazéification par torche à plasma.

Monsieur le Préfet,

 

Vous le savez, avec Messieurs Barrairon et Noyer, membres du Conseil d’Administration de notre association, j’ai fait partie de la délégation française qui s’est rendu les 23 et 24 septembre dernier à Ottawa, au canada, pour constater et évaluer la réalité de la seule unité au monde (à ce jour) de traitement par gazéification des déchets ménagers.

Permettez-moi, au nom de l’association que je représente, de vous remercier d’avoir été sensible aux arguments que nous avons avancés concernant la possibilité de recourir à une méthode alternative à celle de l’enfouissement et ainsi d’avoir permis ce voyage.

De nombreux experts ou responsables politiques locaux ont pu s’y faire une opinion et convenir que ce process était très prometteur, tant en terme de valorisation de nos déchets qu’en ce qui concerne sa faible implication sur l’environnement.

Ce voyage était en réalité très utile, car il fait renaître l’espoir de changer l’étape ultime de la chaine de traitement des déchets, en apportant une solution qui pourrait, à terme, solutionner les graves conflits nés des impacts environnementaux occasionnés par les décharges et les incinérateurs.

Pour autant, nous savons tous qu’il est impératif d’attendre le fonctionnement probant de cette unité, en continu, sur une période assez longue de quelques semaines, pour pouvoir imaginer son implantation dans notre département. Les ajustements techniques auxquels se prêtent en ce moment les ingénieurs de PLASCO ENERGY pour y parvenir, ne devraient pas dépasser la fin de l’année d’après leurs  propres estimations, ce qui devrait permettre l’implantation des unités début 2010.

Il nous parait donc essentiel que vous différiez encore un peu votre décision, afin de ne pas condamner à long terme l’avenir de la filière héraultaise de traitement des déchets en autorisant un projet d’enfouissement (qui est reconnu comme dépassé par les travaux du Grenelle qui ont notamment mis en avant la nécessité de l’augmentation de la taxe sur l’enfouissement TGAP), alors que se dessine à court terme l’essor d’une technologie (gazéification) qui va révolutionner cette filière bien au-delà de nos frontières.

Par ailleurs, il est intéressant de constater que la conjoncture se prête totalement à l’avènement de ce process dans notre département. En effet, alors que l’urgence se fait de plus en plus pressante pour remplacer la méga décharge du Thôt qui vient de fermer après 41 ans d’activités, l’Agglomération de Montpellier vient de mettre en service une usine de méthanisation (capacité 200 000 tonnes). Ce choix, associé au tri qui se développe et au compostage présent en milieu rural, n’attend plus que la mise en place d’un système valorisant et respectueux de l’environnement afin de traiter les déchets ultimes autrement qu’en les enfouissant dans le site de Castries. Nous rejetons fermement l’idée d’un incinérateur ou du CSDU que SITA Sud voudrait nous imposer ! Nous savons que nous sommes à l’orée d’une ère nouvelle où le déchet ultime, au lieu d’être enfoui ou brûlé, sera valorisé en énergie et dans le plus grand respect du milieu naturel. La méthode de gazéification/vitrification par torche à plasma en est un exemple probant.

Monsieur le Préfet, nous avons toujours été déterminés et constants dans notre refus de l’implantation du projet de méga décharge au pied de la Gardiole à Fabrègues, notamment en raison du réel danger qu’il ferait courir à la nappe phréatique qu’il surplombe, en pleine zone karstique (fait relevé par la commission européenne). Nous avons réalisé un travail énorme, exceptionnel pour une association  Et nous voulons vous rappeler que nous sommes plus décidés que jamais à empêcher ce que nous qualifions de catastrophe écologique à moyen où long terme.

 Tous les arguments que nous avons réunis depuis plus de quatre ans contre ce projet d’enfouissement…

 tous les problèmes techniques que nous avons démontrés et auxquels SITA tente de répondre par de misérables mesures compensatoires,

 toutes les anomalies du dossier administratif (notamment en ce qui concerne le PIG ou l’enquête publique),

tous les risques graves avérés (notamment sur les eaux, sur les espèces et sur l’emploi chez Areva) accrédités parfois par des experts de renom international,

tous les soutiens que nous avons reçu des populations, de nombreux élus de la nation et de responsables dirigeants européens

…sont une preuve du bien fondé de nos certitudes et de la détermination qui nous anime à ne pas tolérer l’implantation d’une méga décharge au pied de la Gardiole.

 Pour autant, nous restons aussi responsables et constructifs que nous l’avons été jusqu’à ce jour pour vous aider à promouvoir les « meilleures technologies disponibles » en matière de traitement de déchets.

Avec l’assurance de nos sentiments respectueux, veuillez agréer, Monsieur le Préfet, nos salutations les plus distinguées.

Pour les gardiens de la Gardiole,

Le président, Philippe Massérini.

Copie à Mesdames et Messieurs les Députés Anne Laperrouze, Robert Lecou, Jacques Domergue, Gilles d’Etorre.

 

 

 

 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack