A Free Template From Joomlashack

A Free Template From Joomlashack

logo-non LGV.jpg

Dates à retenir :

There are no events at this time
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -

Menu

Joomla Slide Menu by DART Creations

Les nouveautés

A Mme Pastre Benoist d'Azy (18 décembre 2007) Imprimer Envoyer

 Association « LES GARDIENS DE LA GARDIOLE »

Pour la Valorisation et la Protection de notre Environnement.

19 rue Jean-Philippe Rameau, 34690 Fabrègues

www.lesgardiensdelagardiole.com

A Madame Monique PASTRE                                                   Fabrègues, le 18 décembre 2007

Née BENOIST D’AZY.

525 rue Mas du Limousin,

 34000 Montpellier

                                                           Madame,

Lors de notre rencontre du jeudi 10 mai 2007, nous vous avions appris que le Préfet avait une nouvelle fois repoussé sa décision d’autoriser le projet d’implantation d’une méga décharge de deux millions de tonnes d’ordure sur la terre de vos ancêtres et à quelques centaines de mètres seulement des habitations de toute une population qui se bat depuis bientôt quatre ans contre son sacrifice annoncé !

J’ose espérer que, cette fois ci, l’industriel SITA porteur du projet, vous aura informée du nouveau report d’échéance que s’est donné le Préfet pour rendre sa décision, c'est-à-dire le 15 avril 2008. (Voir arrêté joint)

Chaque fois, ces reports successifs ont été motivés par des expertises supplémentaires que nous avons fait réaliser face aux aberrations écologiques et aux contradictions notoires que nous relevions et que nous avons rendues publiques jusqu’à ce jour.

Les plus hautes autorités européennes compétentes que nous avons rencontré à Bruxelles en octobre dernier, nous ont confirmé que si le projet venait être autorisé, « on s’acheminerait tout droit vers un cas d’infraction avéré à la législation européenne »… C’est vous dire si le combat risque d’être long…très long…

 Et vous savez que nous sommes déterminés, dans l’honneur,  à sauver notre environnement, notre cadre de vie. Car nous n’avons rien à perdre… contrairement à vous !

Je sais que vous avez eu, depuis notre rencontre, et comme nous en avions évoqué alors la possibilité, une proposition d’achat de votre domaine par un privé qui affecterait les terres du domaine de Mirabeau à un usage plus glorieux et moins polluant que celui du stockage des millions de tonnes de déchets proposé par la SITA.

Monsieur Paul-Régis LASSAYS, votre conseil et intermédiaire auprès de la SITA, qui nous avait reçu avec vous en mai 2007 et qui avait alors expliqué que vous étiez liée à l’industriel jusque vers la mi- 2008 , avait aussi évoqué un chiffre comme base possible de négociation… Pourquoi ne donnez vous pas suite à cette éventualité ?

Le bon sens nous enseigne qu’à vouloir tout gagner, on risque de tout perdre…

Par contre, nous venons d’apprendre que vous avez fait envoyer un constat d’huissier à vos voisins Messieurs Boutonnet et Lahoz du  mas de Mante à Mujolan qui constate que ces derniers ont réalisé sur leurs propres terres des dépôts de terres végétales qui pourraient être de nature à polluer la nappe phréatique…  Je suis très satisfait d’apprécier le fait que vous sembliez dorénavant vous préoccuper des conditions sanitaires dans lesquelles les populations voisines de la Gardiole vont devoir vivre dans le futur, mais permettez moi d’affirmer, conformément à l’expression populaire, qu’en la circonstance il est heureux pour vous que le ridicule ne tue pas…

Enfin, sachez, si vous ne l’avez pas déjà appris par la presse, que les 200 salariés de l’entreprise qui jouxte votre propriété de Mirabeau (et dont beaucoup ont des salaires proche du SMIG) ont sacrifié leur prime de Noël pour contribuer au financement des études de traçages des eaux souterraines dont nous allons lancer la deuxième phase. Ces traçages, au final, rendront impossible la réalisation de ce projet et sont, en attendant de nature à inquiéter au plus haut point les décideurs et à repousser, encore et encore, leur décision…

 Peut être vous est il encore possible de pouvoir ressentir, au travers de ce geste des salariés, les craintes et angoisses auxquelles ce projet les confronte eux et leur familles car sa réalisation serait synonyme de perte de leur emploi et en prime, pour ceux qui habitent Fabrègues, l’effondrement de la valeur de leur patrimoine et de leurs conditions de vie.

Nous vous souhaitons, Madame, à vous et à toute votre famille, un bon et joyeux Noël.

Pour les Gardiens de la Gardiole,

Le président, Philippe Massérini, qui sera toujours prêt à vous rencontrer si vous le jugez utile.

 

                                                               

 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack