A Free Template From Joomlashack

A Free Template From Joomlashack

logo-non LGV.jpg

Dates à retenir :

There are no events at this time
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -
- - PASSARAN PAS - -

Menu

Joomla Slide Menu by DART Creations

Les nouveautés

Quelques chiffres édifiants concernant les gaz à effet de serre (GES) diffusés dans l’atmosphère par les centres de stockage des déchets ultimes (CSDU) Imprimer Envoyer

Les volumes de gaz GES pris en compte dans cette démonstration représentent uniquement les fuites de biogaz non collectées par tous les systèmes de récupération prévus dans les CSDU modernes.

L’enfouissement de déchets dans les CSDU génère en effet du biogaz, lié à leur décomposition. Ce biogaz est composé essentiellement de :

      - 45 à 65% de méthane (CH4),

      - de 25 à 45% de gaz carbonique (CO2),

      - de 4 à 8% d’azote (N2),

      - 1% d’oxygène (O2),

      - le reste en vapeur d’eau pour une densité de 11,7 gr/m3, en hydrogène sulfuré (H2S), et pour 0,4 gr/m3 en composés organiques.

( Remarque : le méthane est 22 fois plus nocif que le CO2 pour l’effet de serre !..)

La prise en compte pour cette analyse s’appuie uniquement sur les données diffusées dans le dossier fourni lors de l’Enquête Publique de Juillet 2006 par SITA SUD, sur une base de 130 000 t/an de déchets enfouis  et en retenant la fourchette la plus basse des fuites sur le site d’enfouissement uniquement, soit 20% de la totalité des gaz générés .

Pour la seule troisième année d’exploitation du CSDU, avec une taxe de 17€  la tonne, on obtient :

- 213 908 tonnes/an émises, soit 3,636 M€  (Millions d’Euros) de taxe.

 Pour la treizième année  d’exploitation (toujours avec une base de 17€ la tonne), on obtient :

979 908 tonnes/an émises, soit 16,658 M€ de taxe !

 En se référant au projet actuel de SITA SUD, le centre d’enfouissement prendrait fin la treizième année, mais les émissions de GES continueront à se diffuser dans l’atmosphère pendant plus de quarante ans !!

Pour la quarante quatrième année, le volume de GES diffusé est encore de :

- 112 047 tonnes/an, soit 1,904 M€ de taxe ! (toujours avec une base de 17€ la tonne)

D'après le dossier de quantification EPE de décembre 2008 (organisme qui fait référence dans les entreprises internationales concernées par le Développement Durable), "il est nécessaire de garder à l'esprit que l'utilisation de ces outils (validité des modèles de calcul) implique un niveau d'incertitude très élevé, qu'il est difficile d'estimer. Il faut donc considérer ces chiffres avec une variation de + ou - 15%".

Cette simple démonstration sur trois années démontre à quel point l’enfouissement des déchets est un procédé totalement obsolète et très contributif au réchauffement climatique par effet de serre. Il faut savoir qu’actuellement l’industrie des déchets n’est pas soumise aux taxes concernant les GES, mais les gaz non captés vont être taxés : la base de 17 € la tonne est bien évidemment tout à fait provisoire et l’on parle actuellement de la relever aux environs de 100 € la tonne ! Le contribuable va devoir payer des sommes monstrueuses, car les Industriels des déchets n’assumeront sûrement pas ces taxes !

Il était du devoir des "Gardiens de la Gardiole" de mettre en lumière ces chiffres très inquiétants , après le Grenelle 1 et 2, ainsi que les rencontres de Copenhague de décembre 2009.

 

 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack